Quand je pense à ma fille, je sens une petite douceur dans le creux de mon ventre. Même chose que lorsque je pense aux personnes que j’aime dans ma vie. Pourtant quand je me retourne vers moi, c’est plus souvent des mots durs et coupants qui me viennent en tête.

Pour moi la douceur, c’est l’amour, la complicité, l’affection qu’on donne aux autres et qu’on reçoit, mais je pousse la réflexion parce que je crois qu’on devrait aussi se l’offrir à soi-même.

De la douceur, pas pour moi?

Je me suis longtemps refusé cette douceur, que j’offrais aux autres, pour plein de raisons. Parce que je ne pensais pas le mériter ou que je n’avais pas le temps. Je croyais que c’est en cherchant l’énergie et le bonheur à l’extérieur de moi que je serais enfin bien. Que c’est en remplissant des agendas, des planificateurs et faisant du yoga que j’allais enfin trouver la productivité et le bien-être.

Mais non. J’ai commencé à mieux manger et à bouger régulièrement pour le plaisir lorsque j’ai profondément ressenti que je méritais la douceur. J’ai commencé à être productive, structurée, plus claire avec mes limites dans ma vie personnelle et professionnelle quand j’ai laissé cette « douceur » s’immiscer en moi.

J’ai fait de meilleurs choix et j’ai éliminé ce qui ne me servait plus dans mon coeur et dans ma vie sans que ce soit difficile ou compliqué.

Voici donc quelques trucs qui m’ont aidée et qui pourront vous aider aussi à mettre de la douceur dans ce mois de janvier.

Pour laisser entrer la douceur ..

Prendre le temps de s’écouter

Dans le tourbillon de nos vies, est-ce qu’on prend vraiment le temps de se demander ce que l’on veut? Qu’est-ce que je veux manger (donc qu’est-ce que mon corps a besoin?), comment je veux vivre ma vie de couple, ma vie de famille ou ma vie professionnelle? Sur quoi je ne suis pas prête à faire de compromis?

Je crois que seule une petite proportion de gens prend vraiment le temps de se connaître profondément et apprend à faire des choix conscients et non des choix dictés ou des « je devrais ». Sinon on vit sur le pilote automatique. Parce que c’est comme ça qu’on vit boulot-dodo-activités…

En faisant de l’espace dans ma vie (désencombrer la maison), dans nos horaires, en simplifiant l’éducation de ma fille ainsi que mon travail, ça m’a permis de trouver du temps pour apprendre à me connaître réellement et à me connecter à moi-même. C’est un chemin parsemé d’embuches parce que c’est n’est pas toujours le fun de voir ce qu’on est vraiment. Reconnaître notre bagage et sur quoi on devrait travailler. Mais ça permet d’évoluer et surtout de faire de meilleurs choix.

Faire de l’espace dans sa vie pour se connaître et s’écouter, c’est un des plus beaux cadeaux qu’on peut se faire.

Se faire du bien tous les jours

En devenant maman, j’ai compris que j’étais profondément introvertie (je le savais déjà, mais pas à ce point!) et que j’avais besoin de temps pour moi, pour recharger mes batteries (et pas juste 5 minutes!). Au début, je vivais beaucoup de culpabilité, mais je me suis rendu compte qu’en prenant ce temps pour moi (avec l’aide de mon conjoint), je devenais une bien meilleure maman, plus patiente et plus joyeuse.

C’est de cette façon que j’ai commencé à intégrer des routines simples de bien-être à tous les jours. Par exemple, après être allée reconduire ma fille à la garderie, j’ai une heure pour moi, pour faire ce que je veux avant de commencer à travailler. Je médite, je dessine, j’écoute une émission, je fais du lavage (ah-ah! oui des fois) sans jugement j’ai le droit de faire ce que je veux.

Je l’ai intégré dans mon horaire de travail. Je prends aussi 15 minutes le soir pour fermer mon travail, décompresser, méditer avant d’aller chercher ma fille ou avant que mon conjoint et ma fille reviennent à la maison. Ça diminue mon nombre d’heures au travail, mais au final, je suis beaucoup plus productive et créative que si je travaillais davantage.

Je ne dis pas que c’est ce que vous devez faire, mais d’apprendre à se connaître pour trouver la petite chose de plus qu’on peut se donner à chaque jour, c’est super important.

Une maman que j’ai rencontrée récemment, Elisabeth Simard de Ruban Cassette me disait que pour elle, son petit bonheur, c’était de prendre tranquillement son café chaud le matin avec sa famille. C’est son moment et elle apprend aux enfants à le respecter. Vous pouvez aussi trouver votre petit bonheur, votre petite douceur au quotidien.

Utiliser les huiles essentielles

L’univers des huiles essentielles a été une réelle découverte qui a changé ma vie. J’utilise tous les jours ces petits bijoux naturels pour me faire du bien au moral, pour ma fille, mon conjoint, pour m’aider à débloquer certaines émotions ou tout simplement calmer mon mental.

Je sens que j’ai le contrôle sur ma santé physique et émotionnelle et ça j’adore. Je sais également que je peux naturellement soutenir notre santé et soulager nos petits bobos au quotidien.

Et puis on se donne le droit à la douceur?

Bref, il y a plusieurs façons d’apporter pour vous la douceur en ce mois de janvier. Si vous avez une chose à mettre dans vos résolutions ce serait de dégager de l’espace pour apprendre à vous connaître davantage et pour vous permettre de vous faire du bien avec de petits gestes. Vous verrez le reste de vos désirs (mieux manger, bouger davantage, être plus productive, etc.) seront facilités par l’amour et la douceur que vous vous offrez.

On jase?

Je suis curieuse de savoir si vous avez déjà des rituels ou des façons de vous faire du bien tous les jours? Est-ce que vous connaissez exactement vos forces, vos faiblesses, vos envies et vos désirs et comment vous désirez évoluer comme personne?

Je veux en savoir plus sur le coaching efflorescence

L’appel étincelle est gratuit (30 minutes), nous permet de discuter du coaching et de valider que nous désirons travailler ensemble.